logos top menu

Ecole de musiques actuelles

logo edim
 

Historique

1983 - 1986 : les débuts à Igny

Lors de cette période d'essai à Igny (91) avant l'installation à Antony, les cours démarrent à l'automne 1983, avec déjà Marco Quesada comme enseignant à la guitare, et Daniel Beaussier à la coordination de l'ensemble des 4 enseignants. L'association EDIM est créée officiellement en décembre 1984. Durant la saison 1985-1986, certains ateliers ont lieu à la MJC de Villebon-sur-Yvette. Sur ces trois saisons, 150 élèves ont suivi les cours de l'EDIM. Un projet pédagogique est esquissé et quatre musiciens ont un statut officiel de travail.

1986 - 1991 : l'installation à Antony

Les cours se déroulent à Antony en fonctionnement autonome. La primauté de la pratique collective et de l'improvisation est déjà un angle de départ permettant de proposer des tarifs accessibles et une pédagogie ludique. Le public est exclusivement constitué d'amateurs adultes de toute la région parisienne, représentant un effectif de quatre-vingts adhérents par saison environ, aboutisant à la formation d'un grand orchestre amateur.

Il y a alors quatre enseignants qui sont toujours en contact avec des fonctions diverses avec l'EDIM:
  • Daniel Beaussier, anches
  • Christophe Marguet, batterie
  • Christophe Wallemme, basse
  • Francis Jacob, guitare
  • Vincent Chaintrier, piano

1991 - 1996 : le travail avec les institutions

Des locaux, quatre salles, sont prêtées par la ville d'Antony au lieu dit du Noyer Doré. L'EDIM développe un partenariat fort avec les collectivités et insitutions, avec des subventions, des conventions et des inspections. L'EDIM est alors subventionnée par la direction régionale des affaires culturelles d'Île-de-France (DRAC), la La Société de perception et de distribution des droits des artistes-interprètes (SPEDIDAM), le Conseil Général des Hauts-de-Seine et la ville d'Antony. L'Edim adhère à la fédération nationale des écoles d'influence jazz et des musiques actuelles (FNEIJMA). Une équipe nouvelle est constituée avec notamment Noel Akchoté, Bojan Z, Bruno Wilhelm et Eric Schultz. Des master classes de qualité sont organisées avec comme intervenants David Liebman, Steve Lacy ou encore Henri Texier. Un cycle avancé est créé avec des amateurs très motivés ou des étudiants en musique, mais la pratique amateur adulte reste prépondérante, tandis que les effectifs passent de 130 à 180 adhérents.

De nombreuses opérations de diffusion ont lieu:

  • Festival d'Antony
  • Concerts multiples aux Instants chavirés ou dans diverses salles de concert
  • Rencontres avec l'l'Association régionale d'information et d'actions musicales (ARIAM)
  • Stages en bibliothèque 
  • Actions en milieu scolaire

1996 - 1999 : la formation professionnelle

L'EDIM entame la dixième année dans sa structuration. L'ensemble des acteurs institutionnels deviennent des partenaires. Tout en poursuivant les actions existantes, la formation professionnelle initiale et continue prend son essor avec l'Assurance Formation des Activités du Spectacle (AFDAS), Le congé individuel de formation (CIF). L'équipe qui officie aujourd'hui se constitue avec entre autres Vincent Jacqz, Eric Schultz, Patrick Fradet et Manu Pekar. Le planning des cours avec le lexique en vigueur est en partie installé avec toujours un planning de saison original en cinq périodes de cinq semaines et une semaine de stage et concerts. Un cycle jeune, encore réduit, voit le jour avec vingts-cinq adhérents.

1999 - 2004 : la première phase de l'installation à Cachan

Cette phase se concentre en priorité sur le métier premier d'enseignement des musiques actuelles. Suite au départ précipité d'Antony, le projet se réinstalle à Cachan et prend en cinq ans toute son ampleur avec la création d'un local pour équipe administrative, le doublement des effectifs et la mise en place d'un conseil d'administration. L'Edim propose alors des parcours dîplomants comme le diplôme d'étude musicale (DEM) et le certificat FNEIJMA MIMA. Daniel Beaussier devient président de la FNEIJMA de 2000 à 2002, puis de nouveau entre décembre 2004 et 2008. A ce titre, il joue un rôle majeur dans la structuration du secteur des musiques actuelles. Le cycle jeune passe de vingts à cent soixante élèves.

2004 - 2008 : pérennisation, ouverture, diffusion

Le projet d'école des musiques populaires et savantes dans la cité prend tout son sens. Un travail se fait avec tous les échelons: ville, communauté urbaine, département, région, national, européen et international. Des antennes se développent en Ile-de-France, des partenariats se créer avec des écoles et des acteurs internationaux. La formation professionnelle franchit un seuil durable avec la régionalisation, la reconnaissance de l'EDIM par le ministère de la culture en janvier 2006 et le renforcement des les formations diplômantes.

2008 - 2014 : une croissance de 100/100 en pleine crise séculaire

En 5 saisons, l’activité EDIM double en terme d’effectifs élèves (1000) et des enseignants (65), 2 antennes : Paris, Massy sont crées et se développent.
L’offre diplômante se complète avec le DEM MAA, le certificat Emmen, le parcours post DEM (projet, pédagogie, écriture).
Les partenariats nationaux s’amplifient et ceux internationaux sont lancés (Afrique du sud, Islande, Ukraine, Estonie).
Une structuration de management moderne en cercles se met en place pour s’adapter a cette taille, projets et enjeux.

2014 - 2018 : EDIM s’est mis sur son 31 et prépare une 32 è saison exponentielle

L’objectif est de consolider la croissance du cycle précédent, et pérenniser EDIM dans une période économique difficile pour la culture en général.
EDIM poursuit son développement sur tous ses territoires, du local à l’international à structurer durablement sur l’aspect diplômant afin d’accéder à une reconnaissance supérieure et internationale.
Sur le plan national, Daniel Beaussier étant de nouveau président FNEIJMA, les acteurs EDIM amplifient leurs actions sur le réseau national (Ecoles, Conservatoire).
La diffusion franchit un seuil sur le Grand Paris avec ses festivals et lieux partenaires. La création des artistes associés est soutenue par les résidences EDIM.
L'édition numérique prend son essor avec les cahiers de l’EDIM. (voir sur notre site : EDIM et ses métiers)
EDIM devient un Pôle Supérieur International de Musiques Actuelles : PSIMA

logo edim