logo rogne
Connexion logo rogne Ecole des musiques actuelles

News

J'ai grandi avec l'EDIM #3

Ils ont entre 19 et 25 ans, et ont traversé le cycle Jeunes. Ils sont aujourd'hui encore, plus que jamais investis dans la musique, que cela soit en Amateurs ou en Formation Professionnelle. Nous vous présentons quelques enfants de l’EDIM !

Nina Bataille, 18 ans, guitariste et chanteuse

nina1nina3

A quel âge es-tu rentrée à l'EDIM?

Je suis arrivée à l’EDIM en CE2 donc j’avais 8 ans… j’en ai maintenant 18 !

Quel a été ton parcours, jusqu'à présent? 

J’ai directement commencé des cours de guitare et de formation musicale. En guitare, j’ai eu plusieurs années David qui m’a fait aimer l’instrument, mais j’ai également pu apprendre aux côtés d’Arnaud, Olivier et actuellement Romain. En formation musicale (puis orchestre lorsqu’on grandit), on a la chance d’avoir des professeurs que nous ne croisons pas forcément durant nos cours d’instrument : Éric, Rachid, Boris, Gilles, Abel, et maintenant de nouveau Gilles depuis 3 ans. Je prends également des cours de chant avec Julien depuis 4 ans. J’oublie sûrement de citer des professeurs (surtout ceux du début), mais ce qui est génial avec l’Edim, c’est que tous les enseignants sont connectés. On arrive toujours à rester en contact avec d’anciens profs, on les croise en cours, aux auditions ou pendant des stages par exemple. Et puis il y a aussi des professeurs que je n’ai jamais eu en cours mais qui sont souvent présents dans les évènements et avec qui on arrive à créer des connexions au fil des années, je pense à Jean et Sandra notamment.

Peux-tu nous apporter le témoignage d'un ou plusieurs souvenirs forts qui sont restés dans ta mémoire ?

Je me souviens de ma toute première audition de guitare : j’avais les mains moites, je tremblais (même si je crois que je réagis comme ça encore maintenant haha). Je me souviens également de ma première audition de chant, où David, qui n’était plus mon professeur depuis un moment, m’avait fait la surprise de venir m’accompagner à la guitare. J’étais très touchée. On sent qu’on peut créer des liens avec nos professeurs. En orchestre, Gilles a toujours réussi à nous dégoter des moments géniaux. Une année, nous étions 10 (ce qui est beaucoup pour un groupe d’orchestre), et nous avons accompagné une chanteuse lors d’une remise de prix d’un concours, dans une jolie salle du 16ème arrondissement. On a également pu jouer dans une salle de basket, juste avant un match. Bon, finalement les spectateurs passaient juste devant nous sans vraiment faire attention et allaient directement s'asseoir, mais le moment était trop sympa et assez cocasse. Gilles nous arrange toujours des morceaux très sympas, et il y a des moments en répétition où on se regarde en jouant et on se dit « waw c’est trop cool ! ». Je me souviens aussi de la sensation lorsqu’on s’est tous retrouvés pour répéter après le confinement, j’étais vraiment contente de retrouver ces moments.

Quelle place pour la musique et l’expression artistique dans ta vie aujourd’hui ?
Continues-tu de pratiquer régulièrement ?

Je suis toujours à l’Edim donc je pratique encore très souvent. Je n’ai jamais été la plus assidue concernant le travail à fournir, mais j’adore la musique. Je vois ça comme un loisir ; il y a des moments où je joue beaucoup, parfois guitare, parfois piano et parfois chant, et puis d’autres où ma guitare prend un petit peu la poussière. Mais je ne la range jamais au placard ! Je suis attachée à mes instruments, et j’écoute aussi beaucoup de musique. J’essaye de m’ouvrir à différents types de musiques, de rester curieuse. Je ne pourrai pas continuer l’Edim l’année prochaine à cause de mes études, mais je sais que je resterai en contact avec mon groupe d’orchestre actuel, et puis ma guitare ne sera jamais très loin ;). J’espère que je trouverai d’autres moyens plus tard de jouer en groupe.

As-tu des groupes, des projets ?

J’ai eu un groupe avec des amis, et l’Edim nous a d’ailleurs aidé : on a pu emprunter du matériel, des salles. C’était un chouette soutien car on venait tous de l’Edim. On a essayé de monter un petit duo avec Louise qui est en orchestre avec moi ; on voulait préparer un tremplin mais le covid est passé par là…

L’apprentissage de la musique a-t-il eu un impact sur ta vie?
Si oui, peux-tu préciser?

Je pense effectivement qu’apprendre la musique a eu un impact dans ma vie, mais surtout apprendre la musique à l’Edim ! C’est un cadre génial, et j’adore y aller. C’est un lieu qui m’est familier, chaleureux et plein de vie qui me manquera quand je ne pourrai plus y aller. C’est un endroit plein de bienveillance, où la transmission est vraiment inspirante. Peut-être que j’ai eu de la chance car je suis toujours super bien tombée, que ce soit sur les profs ou sur les camarades musiciens. Cet apprentissage m’a apporté beaucoup d’intérêt et de culture musicale. C’est une ouverture sur le monde très précieuse. Et puis Gilles est un vrai Wikipédia musical ; il est impressionnant !

Pour conclure je pourrai simplement dire : venez à l’EDIM !

logo edim small